Moustique tigre et coronavirus

Le moustique peut-il transmettre le coronavirus ?

Non. Les moustiques peuvent transmettre quelques pathogènes, comme la dengue ou le chikungunya mais pas le coronavirus (covid-19).

Coronavirus : “Non, le moustique n’est pas une seringue volante !”

L’Entente interdépartementale de démoustication dément une rumeur qui circule sur Internet : le moustique ne peut en aucun cas être un vecteur du coronavirus !

C’est une “fake news” de plus qui vient s’ajouter aux autres sur le coronavirus : le moustique pourrait transmettre le Covid-19. C’est faux, selon l’Entente interdépartementale de démoustication, qui vient de publier un message sur Twitter pour mettre fin à cette rumeur.

Tous les entomologistes arrivent à ce résultat y compris l’OMS. Les moustiques peuvent certes transmettre quelques pathogènes, comme la dengue ou le chikungunya mais le coronavirus, non ! Le moustique n’est pas une seringue volante !

Gregory L’ Ambert, entomologiste médical à l’EID,

À partir du moment où le moustique va prendre du sang, poursuit Gregory L’ Ambert, il va faire comme tout le monde : il va digérer son repas de sang. Pour qu’un virus puisse être transmis par les moustiques, d’abord il faut qu’il résiste à la digestion de ce repas, puis qu’il soit capable d’infecter les cellules de l’estomac du moustique, puis qu’il survive à l’intérieur du moustique jusqu’à rejoindre ses glandes salivaires où il va pouvoir se multiplier. C’est lorsque le moustique piquera et injectera de la salive qu’il pourra transmettre le virus. Toutes ces étapes, c’est très compliqué, ça prend des milliers d’années d’évolution. On n’a même pas franchi la première étape d’une succession d’étapes indispensables pour avoir une transmission par les moustiques.” 

On veut se faire peur

Pour l’entomologiste de l’EID, ce genre d’information ne fait que générer de la peur supplémentaire. “Et un peu plus de détestation envers ces espèces qui sont peut-être un peu trop présentes dans nos vies, j’en conviens, mais qui n’ont aucune responsabilité dans la transmission du coronavirus.” 

[source : EID]