Moustique tigre : revue de presse août 2015

L’actualité du moustique tigre a été très dense en ce mois d’août 2015. Beaucoup de cas suspects de dengue et de chikungunya en France depuis le début de l’année, des cas autochtones, et le moustique tigre qui remonte jusqu’à Paris et en Alsace. Voici l’actualité du moustique tigre pour le mois d’août 2015.

Le moustique tigre à Paris, Créteil et en Alsace

Des hommes en combinaisons blanches à bord d’un pick-up pulvérisant des insecticides. Du jamais-vu à Paris. Une grosse opération de démoustication a pourtant bien eu lieu mercredi 19 août à la nuit tombée dans le Parc floral (XIIe), aux portes du bois de Vincennes.
« Le moustique-tigre avait déjà été ponctuellement repéré l’an dernier à Paris, dans le Val-de-Marne, en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis, rappelle Grégory L’Ambert, entomologiste médical à l’Entente interdépartementale de démoustication (EID). Mais il n’y avait pas eu d’implantation. Cette fois, la situation est différente : nous avons trouvé des larves. »
[source]

Concernant l’Alsace, on vient d’apprendre que des œufs de moustiques-tigre ont été repérés dans des pondoirs à Schiltigheim, près de Strasbourg en Alsace. Aussitôt des opérations de démoustication ont été mises en œuvre.
Un insecticide à base de pyrèthre végétal est pulvérisé dans la zone où le moustique a été repéré. Des mesures de précaution sont demandées aux habitants comme ne pas laisser le linge dehors ou éviter de consommer les fruits et légumes des jardins pendant les jours qui suivent le traitement.
[Source]

486 cas suspects de dengue et de chikungunya en métropole

Du 1er mai au 14 août 2015, 486 cas suspects de dengue ou de chikungunya ont été signalés en métropole.
486 cas sont supectés par les autorités, mais seulement 44 cas de dengue et 16 cas de chikungunya sont, pour l’instant, avérés. Aucun cas autochtone n’a été signalé à ce jour [Au moment où le présent article avait été écrit NDLR]. Il s’agit d’une personne qui a contracté la maladie en métropole et n’a pas voyagé dans une zone où circule le virus dans les 15 jours précédents. C’est ce type de cas qui inquiète les autorités sanitaires, comme l’expliquait un récent Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).
Cette menace a conduit l’InVs à inviter la population à participer à la surveillance sanitaire du moustique tigre.
[source]

Deux cas autochtones de dengue dans le Gard

Ces deux cas s’ajoutent aux six déclarés en Région Paca depuis 2010. La dengue, qui se transmet à l’homme uniquement par piqûre du moustique tigre (Aedes albopictus) en métropole, est une maladie généralement bénigne qui entraîne des complications dans environ 1% des cas.
Les deux personnes habitent une même maison, elles sont à ce jour guéries et en bonne santé, il s’agit pour l’instant d’un foyer unique de contamination et géographiquement isolé.
La préfecture du Gard a pour sa part affirmé que ces cas avaient été diagnostiqués à Nîmes. L’ARS souligne que « dès le signalement de ces cas et afin de prévenir toute dissémination du virus de la dengue, les autorités sanitaires ont renforcé les mesures de surveillance épidémiologique , recherche active de cas auprès des médecins et laboratoires du secteur, mais aussi entomologique, investigation des populations de moustiques et traitement avec insecticide si nécessaire, sur les lieux de vie, de travail ou de loisirs des personnes concernées.

[source]

rédigé par le .