Moustique tigre à Bordeaux

Bordeaux déclare la guerre au moustique tigre

Le moustique tigre est désormais implanté et actif en Gironde. Une procédure a été mise en place pour permettre aux habitants de signaler la présence de moustiques tigres à l’EID Atlantique (Établissement public Interdépartemental pour la Démoustication du littoral atlantique). Il faut savoir que ce moustique est le principal vecteur en France métropolitaine de la dengue et du chikungunya.

Lorsque le moustique tigre pique une personne infectée, il peut transmettre le virus à une personne saine en la piquant à son tour. Se protéger de ces insectes passe donc déjà par la prévention physique : porter des vêtements longs, protéger les pieds et les chevilles, et utiliser des répulsifs cutanés par exemple. Aucune mesure n’est pourtant efficace à 100%, c’est la somme des initiatives individuelles et collectives qui permet de faire diminuer la transmission.

Un plan anti-dissémination

Le département de la Gironde est, depuis peu, dans la liste des départements où l’insecte constitue une menace pour la santé des populations. Classée au niveau 1 du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, qui en comporte 6, la Gironde suit donc la mise en place d’une déclinaison départementale de ce dernier. À ce titre, le Préfet est chargé de définir des actions de lutte contre les moustiques, et l’Agence régionale de la Santé assure l’organisation du signalement des cas suspects de chikungunya et de dengue. L’EID Atlantique est chargé de la gestion du réseau des pièges pondoirs afin de connaître l’évolution de son implantation et d’en évaluer son degré. Ainsi que d’une veille et d’un conseil auprès du public pour l’identification à la demande.
Le Département finance l’EID Atlantique pour un montant total de 1 335 124€. Dans les faits, la moitié de ce budget va directement vers les communes concernées, environ 10% de cette somme sont affectés à la surveillance et la lutte contre le moustique tigre. Une procédure a d’ores et déjà été établie pour permettre au grand public de contribuer à sa détection et la mise en œuvre de mesures de contrôle dans la région.

Des gestes simples pour éviter sa prolifération

Cependant, des gestes simples peuvent éviter la propagation de ce moustique efficacement : éliminer les endroits où l’eau peut stagner, changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées, couvrir les réservoirs d’eau et couvrir les piscines hors d’usage. Ces petites initiatives réduisent de 80% le risque de présence du moustique à proximité du domicile, et donc de piqûre.

[source : Bordeaux7]

rédigé par le .