Le chikungunya à Tahiti en Polynésie Française

Le Chikungunya arrive en Polynésie

En Polynésie française, les autorités de santé ont confirmé que la présence du chikungunya, notamment sur l’île de Tahiti.
Une quinzaine de cas ont été avérés à Teva i Uta. Les symptômes sont classiques pour ce virus : douleurs articulaires et fièvre, parfois accompagnées d’éruptions cutanées.

moustique tigre polynesie
moustique tigre polynesie

Saison des pluies

en Polynésie, c’est la saison des pluies qui débute. Des mesures de lutte contre les moustiques donc été mises en place.
Compte tenu de la fréquence des voyages entre les îles au sein de la Polynésie française, la diffusion du virus chikungunya dans la région est probable. Il est recommandé aux voyageurs de prendre des mesures pour éviter les piqûres de moustiques port de vêtements couvrants imprégnés d’insecticides, utilisation de répulsifs anti-moustiques sur la peau découverte.

pulvérisation insecticides

Les pulvérisations d’insecticide (Deltaméthrine) se poursuivaient le 14 octobre sur les communes de Teva i Uta et Taravao, ainsi qu’à Punaauia, au PK 13,6 et sur la route de la Pointe des Pêcheurs. Les pulvérisations ont duré toute la matinée.

[sources : Promed tntv]

Premier cas autochtone de dengue dans le var

L’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) et la préfecture du Var ont confirmé ce jeudi 21 août 2014 le premier cas autochtone de dengue dans le département du Var.
L’ARS a par ailleurs précisé qu’«il s’agit pour l’instant d’un cas unique et géographiquement isolé. La personne contaminée a consulté un médecin traitant et son état n’inspire aucune inquiétude».
A noter qu’on parle de cas autochtone quand une personne a contracté la maladie sur le territoire national et n’a pas voyagé dans une zone où circule le virus dans les 15 jours précédents.
La dengue, comme le chikungunya, est une maladie due à un virus qui se transmet d’homme à homme uniquement par l’intermédiaire d’une piqûre du moustique tigre (Aedes Albopictus ). Il pique principalement le matin et en fin de journée.

Le département a donc été officiellement placé en niveau 2 du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue (voir les différents niveaux d’alerte moustique tigre. Des actions de démoustication sont en cours autour de la zone de résidence de la personne contaminée.

Pour rappel, deux cas de transmission autochtone de dengue avaient déjà été recensés à Nice (dans les Alpes-Maritimes) en 2010 et également deux cas de transmission autochtone de chikungunya à Fréjus (dans le Var).

Pour limiter les risques de propagation du virus, il est essentiel de se protéger au quotidien contre les piqures de ce moustique. Consultez les dossiers dédiés :

[source : leParisien.fr]
[compléments : < a href= »http://moustique-tigre.info »>moustique-tigre.info]

rédigé par le .