Tourisme : les effets néfastes du moustique tigre

Harcelés par les moustiques tigres, certains vacanciers évitent de sortir voire s’en vont.

Les moustiques peuvent devenir une réelle nuisance pour certaines personnes. C’est notamment le cas de beaucoup de touristes et résidents du Var, envahis par le moustique tigre. Ils attaquent même à l’heure du déjeuner.

« Un, deux, trois, quatre… Ça gratte tellement ma fille qu’elle gratte toutes les croûtes »

Céline, Vacancière dans le Var, originaire de Lyon

Mais au-delà des piqûres, l’impact de la prolifération des moustiques est aussi économique. « On estime que les quatre premiers couverts qu’on fait se font piquer pour tous les autres », explique un restaurateur. Cet établissement perdrait environ 30 couverts par soir.

« On essaye de traiter la terrasse avec des traitements d’appoint pour limiter toute la reproduction de moustiques qui peuvent se balader sous la terrasse »

Certaines familles sont même rentrées chez elles, comme c’est le cas dans un camping près de la plage de la Badine, à Hyères.

« D’un seul coup le bébé s’est mis à pleurer, il a pleuré toute la nuit. Au matin les parents ont plié bagage et sont rentrés chez eux. Le bébé avait au moins une trentaine de piqûres sur le visage, les bras. (…) Peut-être que ces gens ne reviendront pas l’an prochain », déplore Michel Topin, responsable du camping.

« Si on traite de façon systématique, on accoutume les moustiques au traitement »

L’Agence régionale de santé a refusé de pulvériser à nouveau des produits adaptés sur les zones infectées.

« Si l’on traite les moustiques de façon systématique, on les accoutume au traitement et en cas d’épidémie, il peut ne plus être efficace », explique sur BFMTV Jean-Pierre Giran, maire (LR) de Hyères.

Pour éviter la prolifération de ces insectes, notamment en cette région où sévit le moustique tigre, plusieurs gestes simples peuvent être adoptés. Il est déjà possible de supprimer une partie des lieux de ponte, en vidant régulièrement l’eau des coupelles de pots de fleurs, des vases, vérifier le bon écoulement des gouttières, vider ce qui peut contenir de l’eau (arrosoirs, seaux), et jeter les déchets dans une poubelle ou à la déchetterie.

En termes de protection des personnes, l’Agence régionale de santé recommande d’utiliser des produits anti-moustiques (à partir de 6 mois), porter des vêtements longs, amples et clairs et utiliser une moustiquaire imprégnée pour dormir la nuit.

Les autres bons gestes à mettre en oeuvre : se protéger du moustique tigre

[source : BFM TV]

Un cas de dengue près de Toulouse

Un cas de contamination à la dengue, contracté par un habitant pendant un voyage, vient de donner lieu à la démoustication d’un quartier de Balma. Les services de l’Agence régionale de santé Occitanie (ARS) rappellent l’importance d’éradiquer les eaux stagnantes de son environnement. Si l’opération de démoustication déclenchée par l’ARS consistait à prévenir la propagation du virus par le moustique tigre, les coupelles, bassins ou simples coquilles d’œuf emplis d’eau suffisent à recevoir les pontes de ces insectes qui s’y reproduisent très rapidement.

Depuis l’apparition du moustique tigre dans la région en 2015, la municipalité a choisi de multiplier ses interventions. «Lors des périodes propices au développement des moustiques, des traitements préventifs réguliers (de type bacillaire et non chimique) sont réalisés une fois par mois sur les espaces publics susceptibles d’héberger des sites larvaires», précisent les services de l’hôtel de ville.

Les équipes techniques municipales ont également été formées au phénomène et traquent au quotidien les eaux stagnantes dans l’enceinte des bâtiments municipaux, des parcs, des jardins et sur l’ensemble du domaine public. Enfin, le service Allô Mairie de la ville (0 800 008 168) permet aux habitants de signaler d’éventuels gîtes larvaires, «afin d’affiner les traitements réalisés», ajoute la mairie.

L’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine a relevé quatre cas de dengue dans le département des Pyrénées-Atlantiques durant les mois de juin et juillet. Ils sont causés par des piqûres de moustique tigre

Pour rappel, quatre cas de dengue ont par ailleurs été identifiés dans le département des Pyrénées-Atlantiques voisin cet éte 2018, selon l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine. La dengue, aussi appelée grippe tropicale, est une infection virale transmise par les piqûres de moustiques tigres.

Aucune épidémie n’était à relever malgré ces cas de dengue.

« Lorsqu’un cas est découvert, il doit obligatoirement être déclaré, explique Thomas Margueron, ingénieur sanitaire à l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Ensuite, nous prospectons sur place et pulvérisons de l’insecticide si nécessaire. Mais les zones où se sont déclarés les cas de dengue ne sont pas des zones colonisées par les moustiques tigres. » 

[Sources : sudouest.fr et  ladepeche.fr]

50.000 cas de dengue et 65 décès en 2018 en Thaïlande

Les autorités sanitaires informent que la Thaïlande a dépassé le nombre de 50 000 cas de dengue en 2018

Selon le Bureau de l’Épidémiologie du Ministère de la Santé, un total de 50 079 cas ont été confirmés dans les 77 provinces du pays au 27 août 2018. Un total de 65 personnes sont par ailleurs décédées des suites de complications liées à la maladie.

Les provinces dans lesquelles les risques de contracter la maladie sont les plus élevés sont Phuket, Nakhon Pathom, Phichit, Mae Hong Son et Krabi.

La dengue est une maladie infectieuse transmise par les moustiques dans la plupart des zones tropicales à travers le monde. Autrefois, elle était appelée « fièvre des os fracturés  » en raison des fortes douleurs articulaires et musculaires ressenties par les patients.

Le virus s’attrape après la piqûre d’un moustique infecté de type Aedes Aegypti ou aedes albopictus (le fameux moustique tigre). Il est donc impossible d’attraper la dengue directement auprès d’un autre être humain.

Le Ministère de la Santé indique qu’il existe trois formes de dengue, de la plus légère à la plus sévère : la forme « classique », la forme hémorragique et la forme avec syndrome de choc.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’il pourrait y avoir entre 50 et 100 millions d’infections liées à la maladie de la dengue dans le monde chaque année. Cependant, de nouvelles recherches de l’Université d’Oxford et du Wellcome Trust suggèrent que ce nombre est probablement plus élevé, à hauteur de 390 millions d’infections par an dans le monde

[source : siamactu.fr]

11 cas de West Nile Virus dans les Alpes Maritimes en 2018

Depuis le mois de juillet, 11 cas de contamination au virus West Nile ont été confirmés dans le département des Alpes-Maritimes. L’Agence Régionale de Santé appelle à la vigilance pour limiter la propagation de la maladie.

« La circulation du virus West Nile commence plus tôt et est et plus forte cette année. » L’Agence Régionale de Santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-D’azur (PACA) dresse le bilan de l’infection au virus West Nile qui sévit dans les Alpes-Maritimes depuis le mois de juillet 2018. Dans un communiqué publié le 31 août 2018, cette agence révèle que depuis le 7 juillet, « 11 personnes victimes de l’infection à virus West Nile ont été identifiées » dans ce département. Si la majorité de ces personnes sont « aujourd’hui guéries et en bonne santé », une personne « atteinte d’une forme neuro-invasive est toujours hospitalisée » rapporte l’ARS.

Les symptômes : fièvre brutale, maux de tête, douleurs musculaires

Les 11 cas enregistrés cet été « témoignent d’une circulation du virus West Nile dans le département des Alpes Maritimes ». Cela justifie l’appel « à la vigilance des professionnels de santé et des établissements de santé pour signaler tout nouveau cas suspect » lancé par l’ARS PACA.

Le virus West Nile, aussi appelé virus du Nil, est propagé par les moustiques. Ces insectes transmettent l’affection aux mammifères, dont l’humain, après avoir piqué des oiseaux contaminés. Les symptômes comprennent une fièvre brutale, accompagnée de maux de tête et de dos, de douleurs musculaires ou encore de vomissements, détaille l’Institut Pasteur sur son site internet.Plus rarement, des complications neurologiques peuvent survenir (méningite et encéphalite dans moins de 1 % des cas). « Toute personne présentant ces symptômes doit consulter son médecin » rappelle l’ARS.

La France n’est pas le seul pays d’Europe à être touché par le virus du Nil. La Grèce par exemple, déplore 17 décès dus à ce virus au 30 août 2018, selon un rapport du ministère de la Santé hellénique.

Les bons gestes

Contrairement à la dengue, au zika ou au chikungunya qui sont véhiculés par le moustique tigre, le virus West Nile est transmis par les piqûres du moustique Culex. Nous vous rappelons les bons gestes à adopter pour se protéger contre les piqûres de moustique

[Source : e-sante.fr]

Un comité de suivi du moustique tigre en Algérie

La prolifération du moustique tigre et les dangers qu’il représente sur la santé publique ont fait réagir le ministère de la Santé en Algérie, qui a réagi avec la mise en place d’un comité de suivi et de lutte contre l’arbovirose au niveau du département de la Santé.

Cette démarche intervient, indique le professeur Djamel Eddine Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé, suite à l’alerte donnée par l’Institut Pasteur sur le retour cette saison estivale du moustique tigre, signalé dans cinq wilayas du nord du pays.

Cet insecte, qui colonise peu à peu l’Algérie depuis 2010, connu pour être offensif et potentiellement porteur de virus, a en effet été repéré dans cinq wilayas côtières : Alger, Tizi Ouzou, Jijel, Oran et Annaba.

En revanche, aucun cas de maladie n’a pour le moment été signalé, mais l’insecte tenace et s’adapte parfaitement à n’importe quel milieu, affirme le professeur Djamel Eddine Fourar, à la radio Chaîne nationale algérienne. Il explique que ce moustique engendre des désagréments via ses piqûres et peut véhiculer certaines maladies dangereuses comme le virus du zika et la dengue.
NDLR : il faut cependant que le moustique ait au préalable piqué une personne déjà porteuse de l’un de ces virus pour que le moustique tigre puisse les transmettre à son tour.

[source : Jeune Indépendant]

Il est aussi connu comme étant un animal résistant et difficile à combattre puisqu’il se reproduit rapidement et dans toutes les biotopes urbaines. Devant la menace de la propagation de l’insecte, notamment dans les wilayas du littoral algérien et les zones humides, la prévention reste le meilleur moyen d’y faire face. C’est dans ce sens que le ministère de la Santé préconise d’être plus vigilant et d’assécher toute mare d’eau. Kamel Eddine Benallal, entomologiste et chercheur à l’Institut Pasteur d’Algérie, avait pour sa part souligné la possibilité de contrôler la densité de cet insecte, et ce, lors de la conférence de presse tenue en début de semaine à l’Institut national de santé publique, dans le cadre de la prévention des piqûres du moustique tigre.

Selon lui, « le contrôle de la densité de l’insecte est faisable, il suffit juste de procéder à la sensibilisation de la population ». Les spécialistes appellent à la préservation de la propreté de l’environnement, à la fermeture des contenants d’eau et à l’élimination des eaux stagnantes en vue de contrecarrer la reproduction du moustique tigre et de tous les insectes à l’origine des maladies de la saison d’été. Le citoyen doit donc jouer un grand rôle dans la lutte contre la prolifération de cet insecte en éliminant, entre autres, les gîtes larvaires et en signalant toute présence du moustique tigre.

Des braconniers dévorés par des escargots en poursuivant des moustiques tigres

Des braconniers semblent avoir été dévorés par un troupeau d’escargots de Bourgogne dans une forêt dans le Jura, alors qu’ils suivaient vraisemblablement la trace de plusieurs moustiques tigres. Les individus ayant été démembrés suite à l’attaque, un doute demeure quant à leur nombre exact.
D’après la gendarmerie, il semblerait que les personnes qui s’étaient introduites dans la forêt étaient bien venus braconner le moustique tigre. « Ils étaient armés, notamment, de filets anti moustiques, d’appâts à base de chaussettes sales, et de provisions pour plusieurs jours », a détaillé le commandant. Soit tous les attributs d’un gang de braconniers qui veulent tuer des moustiques tigres pour s’emparer de leurs rayures blanches et noires.

escargot

Des escargots devenus carnivores par effet de mode

Les nombreuses traces baveuses retrouvées à proximité des restes humains laissent à penser que les braconniers se sont retrouvés encerclés par plusieurs milliers d’escargots de Bourgogne dont le comportement agressif laisse pantois. Selon Jeanne Coquillard – chercheuse au CNRS spécialisée dans l’étude comportementale des bêtes à cornes, « l’attitude des escargots de Bourgogne, animaux réputés placides et totalement végétariens, semble avoir récemment évolué ». En cause, une tendance très à la mode au sein de la communauté gastéropode CSP++ depuis déjà quelques années : « les escargots sont de plus en plus nombreux à faire le choix de se nourrir exclusivement de viande et à ne plus consommer le moindre produit issu des végétaux ou de leur exploitation. »

[source : L’Echo de la Boucle]

Un cas importé de dengue à Ambès, en Gironde

Un cas de dengue a été confirmé sur la presqu’île d’Ambès, en Gironde. Le maire, qui avait réclamé des traitements pour lutter contre la prolifération des moustiques, ne décolère pas.

Cette semaine, les équipes de l’établissement interdépartemental pour la démoustication du littoral Atlantique (EID) ont procédé à un traitement aérien sur une partie du quartier Beauregard d’Ambès, en Gironde, sur lequel un cas de dengue a été détecté. Il vise à diminuer significativement la population du moustique-tigre, qui peut transmettre ce virus à l’homme.

La personne touchée par cette maladie virale appelée « grippe tropicale » est actuellement hospitalisée. Il s’agirait d’un cas importé de dengue, c’est-à-dire que la personne a été piquée en dehors de la France métropolitaine, en l’occurrence au Bénin, selon les informations de France 3 Nouvelle Aquitaine.

Le maire réclamait un épandage préventif

« Malgré toutes les alertes, ce que nous redoutions vient d’arriver pour la première fois sur notre presqu’île. Le premier cas de dengue en Gironde a été détecté dans notre ville à Ambès, a réagi Kévin Subrenat, le maire d’Ambès, sur sa page Facebook. Depuis plusieurs mois, malgré une opposition insouciante et moqueuse à ce projet, je réitère ma demande d’un épandage anti-larvaire biologique sur la presqu’île. Au travers d’une pétition, le maire d’Ambarès-et-Lagrave et plus de 3.000 personnes ont demandé également cet épandage. »

Déjà en avril dernier, le maire avait signalé l’exaspération des habitants, harcelés en permanence par les moustiques et avait lancé une pétition pour demander des traitements. « Je me demande pourquoi le département de la Gironde, la préfecture, l’ARS et la DDTM optent pour un traitement curatif et hautement toxique en pleine zone urbaine plutôt qu’un traitement préventif biologique dans les marais, ce qui aurait permis d’abaisser la densité vectorielle et ainsi limiter la propagation potentielle de maladies. Est-ce que cela suffira pour que nos grandes instances ouvrent enfin les yeux et prennent en compte l’avis des élus locaux ? », questionne-t-il dans son communiqué.

[source : 20 Minutes]

Un cas de dengue à Porto Veccio en Corse ?

Dans un communiqué du 5 juillet dernier, la municipalité confirme qu’en raison d’une « suspicion d’un cas importé de dengue/chikungunya/Zika », des opérations de démoustication allaient être effectuées dans les secteurs de la Punta d’Arasu et des Quatre chemins.

En réalité, la mairie de Porto-Vecchio indique que l’alerte provient des services de l’Etat.

moustique tigre corse

Des symptômes de dengue en Corse

« Nous avons appris des services de l’Etat qu’une personne qui avait récemment séjourné aux Antilles présentait des symptômes pouvant faire penser à ces maladies. Il était également précisé que les services de la Collectivité de Corse allaient procéder à des opérations de démoustication dans deux secteurs de la commune qui avaient été fréquentés par cette personne avant que les symptômes apparaissent », précisait-on, hier, du côté de la municipalité.

La personne malade a depuis probablement fait l’objet de prélèvements sanguins pour analyse approfondie.

Les résultats de ces analyses sont sans doute déjà parvenus confirmant ou infirmant une contamination du patient par l’une ou l’autre de ces maladies.

Le moustique tigre en Corse, oui mais avec un rayon d’action très limité

Les services de santé avaient précisé, lors d’une interview réalisée il y a quelques mois, que le moustique tigre, vecteur de la dengue, du chikungunya et de Zika a un rayon d’action très limité, ce qui explique le choix de traiter des zones bien définies de Porto-Vecchio.

Un spécialiste de ces questions, ayant vécu dans les zones tropicales où ces maladies sont endémiques précisait cependant : « Le vecteur de contamination c’est, en fait, l’être humain. »

Le moustique ne peut, effectivement, pas se déplacer sur de longues distances. Mais rien ne lui interdit de monter dans une voiture..

[source : Corse Matin]

L’altitude et les étendues d’eau : les deux critères qui influencent la présence du moustique tigre

Une étude espagnole explicite les variables permettant d’évaluer la présence du moustique tigre sur l’île de Majorque en Espagne.

Des scientifiques de l’Université des Îles Baléares en Espagne ont déroulé une étude portant sur les moustiques tigre présents sur l’île de Majorque, au large des côtes espagnoles. Leurs recherches ont permis d’analyser la relation entre la présence du moustique et les variables d’habitat afin de récolter des informations pour la planification de campagnes de prévention et de lutte efficaces contre cette espèce.

Deux variables identifiées : l’altitude et les étendues d’eau

Les scientifiques ont analysé les données détaillées de la présence de moustiques tigre sur plus de deux cents endroite de l’île de Majorque à l’automne 2015, trois ans après la première détection de l’espèce sur l’île. Les résultats indiquent que la présence de moustiques diminue significativement avec l’altitude. Les chercheurs pensent que c’est lié à une plus grande présence humaine à basse altitude, près de la côte. Ils ont également prouvé que la présence de moustiques était plus forte près d’étendues d’eau comme les piscines. L’eau associée aux zones résidentielles et aux centres touristiques serait donc le principal prédicteur de la présence de moustiques tigres d’Asie sur l’île de Majorque.

Prédire pour prévenir et lutter contre le moustique tigre

« Compte tenu de la présence massive de moustiques tigre sur l’île de Majorque et de son association avec les activités humaines, l’élimination des sites de reproduction potentiels par une intervention citoyenne sera essentielle pour améliorer le contrôle des espèces », a déclaré Ana Sanz-Aguilar, la principale auteur de l’étude. Grâce à l’identification des variables d’habitat, il est désormais possible de prédire la présence de l’espèce au sein de l’île.

[source : Medisite]

Un premier cas de dengue autochtone à Taiwan

En ce début de mois de juillet 2018, les Centers for Disease Control de Taïwan ont confirmé le premier cas de dengue autochtone cette année chez une personne résidant dans le district de Cianjhen, à Kaohsiung.

Le 28 juin, il avait consulté un médecin dans une clinique pour une fièvre, des maux de tête et des douleurs musculaires. L’infection par le virus de la dengue de type 3 (DENV-3) a été confirmée en laboratoire après notification du cas à l’autorité sanitaire compétente. À partir de maintenant, le cas est hospitalisé dans l’isolement pour empêcher la transmission ultérieure.

Pendant la période d’incubation, cette personne n’a pas voyagé, ni dans son pays ni à l’étranger. Actuellement, aucun de ses contacts résidant dans le même foyer n’a développé de symptômes suspects.

symptomes fievre dengue

Cette année, un seul cas de dengue autochtone et 94 cas importés ont été confirmés. Au cours du dernier mois, la majorité des cas importés à Taïwan ont été infectés dans les pays d’Asie du Sud-Est, notamment au Cambodge, aux Philippines, et Thaïlande.

Par ailleurs, à l’approche des congés d’été, les Centers for Disease Control de Taïwan rappellent aux voyageurs qui envisagent de visiter des régions touchées par la fièvre dengue, comme les pays du Sud-Est asiatique, de prendre des précautions contre les piqûres de moustiques.

Il est vivement conseillé de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • port de vêtements couvrants
  • répulsifs anti-moustiques, contenant du DEET, sur la peau découverte
  • vêtements et moustiquaire imprégnés d’insecticide pour la sieste et la nuit
  • les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l’écran solaire.

Afin d’éviter au maximum la dissémination du virus de la dengue, devant une fièvre d’apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour de voyage en zone inter tropicale, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Centers for Disease Control de Taiwan.

[source : mesvaccins.net]