Le Lac Léman menacé par le moustique tigre

Le moustique tigre arrive à Genève

Son arrivée dans la région de Genève n’était qu’une question de temps. C’est confirmé depuis cette semaine: Le moustique tigre a été découverte à Lancy. Quelques jours plus tôt, on avait appris qu’une personne avait contracté la dengue dans la région lyonnaise. Le vecteur est le même insecte. S’il pique une personne atteinte de dengue ou de chikungunya, deux maladies tropicales, il peut transmettre le virus à sa prochaine victime. Mais dans le cas de Lyon, les infectés n’avaient pas voyagé.

Faut-il s’attendre à vivre la même situation en Suisse? Les experts du moment le considèrent très faible, car les virus responsables de ces infections ne circulent pas. Depuis le début de l’année, 159 cas de dengue et 29 cas de chikungunya ont été annoncés dans notre pays. Mais toutes ces personnes ont eu la maladie en voyageant à l’étranger. « Jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de transfert automatique d’octone ici », confirme le docteur cantonal genevois Jacques-André Romand. NDLR : plusieurs cas autochtone ont été confirmés en France, comme dans les Alpes Maritimes avec 4 cas e dengue autochtone. Il a ajouté que les deux infections peuvent entraîner des symptômes de grippe. « Comme tous les virus, ils peuvent également entraîner des complications. Malheureusement, nous ne disposons d’aucun vaccin pour les prévenir. »

Exemples de Tessin

Les autorités suisses ne surveillent pas uniquement les patients pour prévenir les épidémies. Ils s’appuient notamment sur un contrôle strict du développement du moustique tigre. Au Tessin, son suivi officiel a commencé en 2007, explique Daniel Cherix, professeur à l’Université de Lausanne et responsable de ce suivi en Suisse romande. Depuis 2013, les principales autoroutes du pays sont contrôlées au fur et à mesure que l’insecte progresse, grâce aux voitures et aux camions. Et en 2017, l’Agence fédérale de l’environnement a mis en place un programme national de surveillance pour lutter contre les moustiques exotiques.

Si sa progression semble inévitable, le défi consiste à maintenir le nombre de tests positifs à un niveau bas. Au Tessin, il a été contenu avec des contrôles, des mesures préventives et des traitements avec un insecticide naturel. « En Italie, il y a dix fois plus de moustiques tigres. Le fait qu’il n’y ait pas eu d’épidémie ici montre que cette stratégie est la bonne », dit Daniel Cherix. En comparaison, pas moins de neuf épidémies de dengue dans le sud de la France ont été recensées en 2018.

« Il pique plusieurs fois »

L’insecte ne représente pas seulement un vecteur potentiel de maladies. « Le plus grand risque du moment est le trouble qui en découle », a déclaré Corinne Jacquelin, biologiste et présidente du WWF Genève. Contrairement aux espèces indigènes, il pique beaucoup pendant la journée (moustique diurne), particulièrement en début et fin de journée. Et il a tendance à le faire plusieurs fois. ». NDLR : en France, les particuliers sont systématiquement exaspérés par sa présence dès lors qu’il a colonisé les lieux.

On ignore si l’installation du moustique tigre dans la région de Genève est durable. » Bien que la baisse de température à l’automne aura un effet limitant, il faudra probablement envisager cette possibilité dans un proche avenir « , avertissent les autorités. Par conséquent, ils ont intensifié le contrôle des sites susceptibles de contenir des larves. Les œufs ont été capturés à la fin de l’été dans un piège à La Gruyère (FR).

[Source : vaaju.com]

rédigé par le .