« Alerte rouge » au moustique, ça n’existe pas ! (sic)

« Moustique tigre » – « Alerte rouge », ça n’existe pas.
Voici en substance le message de l’EID, qui souhaite ainsi atténuer le message de certaines sociétés commerciales qui jouent sur les mots pour tenter d’effrayer le grand public.

L’EID Méditerranée et les opérateurs publics de démoustication (contrôle de la nuisance et lutte antivectorielle) ont été sollicités par la presse, en début d’été, par des collectivités et par des particuliers, suite à des communications d’une société commercialisant des produits anti-moustiques, qui attribue aux départements des niveaux dits « d’alerte » ou de « vigilance » : jaune, orange, rouge…, censés manifester une présence de moustiques et un risque sanitaire associé.

Les couleurs jaune et rouge traduisent une situation de fait liée à une interception ou à l’installation du « moustique tigre » sur un territoire et non un niveau d’alerte.

Un habillage très subjectif

«Ces expressions (« alerte ou vigilance orange», « alerte ou vigilance rouge ») ne correspondent à aucune terminologie scientifique ou officielle. Elles sont manifestement diffusées à dessein d’interpeller et peuvent inquiéter indûment, surtout s’agissant du « moustique tigre ». C’est un habillage, relevant de l’initiative de cette société, interprétant les données publiques réalisées par des organismes compétents et y agrégeant d’autres données subjectives.», indique l’EID.

Un plan national officiel

Concernant le « moustique tigre » Aedes albopictus, très souvent associé à ces classifications, il existe le « Plan national antidissémination du chikungunya et de la dengue », mis en place par le ministère de la Santé depuis près de 10 ans, qui s’appuie sur les enquêtes entomologiques effectuées officiellement par les organismes publics compétents de démoustication. Ce plan fixe plusieurs niveaux affectés aux départements, parmi lesquels :
– un niveau 0 : « moustique tigre » ni présent ni observé.
– un niveau 0b : interception ponctuelle du « moustique tigre », dont l’installation a pu être évitée.
– un niveau 1 : « moustique tigre » présent et actif.

30 départements signalés, et à des degrés divers

À ce jour, 30 départements sont classés en niveau 1, où le « moustique tigre » est installé dans des proportions très diverses : parfois dans la quasi-totalité du département, parfois dans quelques communes seulement. La présence de ce moustique ne signifie pas la présence automatique de maladies qu’il peut véhiculer, d’autant que la dengue, le chikungunya et le Zika ne sont pas présents de façon endémique dans notre pays (en métropole). Il n’y a donc aucune raison objective, à ce stade, de parler d’« alerte ».

rédigé par le .