Un cas humain du virus du Nil occidental détecté à Nîmes

Virus du Nil Occidental, ou West Nile Virus

Les Agences Régionales de Santé (ARS) du Languedoc-Roussillon et de Provence-Alpes-Côte-D’azur ont signalé dans un communiqué qu’une personne porteuse du virus du Nil occidental (aussi appelé « West Nile Virus ») a été diagnostiquée à Nîmes (Gard) le 2 octobre 2015. Il s’agit du premier cas humain en France depuis 2003 où sept cas avaient été rapportés dans le département du Var. La personne infectée serait aujourd’hui en bonne santé.

Symptômes du virus du Nil

Les symptômes générés par le virus du Nil occidental ressemblent à ceux de la grippe : forte fièvre, douleurs diffuses, maux de tête et faiblesse musculaire. Cette maladie peut dans certains cas entraîner des complications neurologiques sévères, des encéphalites et peut même être mortelle.

Attention aux piqûres de moustique

Plusieurs foyers de ce virus persistent dans le sud de la France, en touchant essentiellement des chevaux en Camargue (dans le Gard, l’Hérault et les Bouches-du-Rhône). Les hommes et les chevaux sont des hôtes accidentels du virus, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas eux-mêmes transmettre le virus. Le responsable des infections est le moustique. Les autorités recommandent donc aux habitants de supprimer les sources d’eau stagnante, lieux de reproduction des moustiques, et de se protéger des piqûres de ces insectes. Réduire la présence des moustiques de manière générale permettrait également de limiter les risques liés au moustique tigre : en septembre, à Nîmes, les autorités de santé avaient signalé trois cas de dengue autochtone, une autre maladie infectieuse véhiculée par l’insecte

[source : topsante.com]

rédigé par le .