Herault : François Commeinhes s’engage pour des solutions concrètes

Moustique tigre : le tourisme de l’Hérault mis à mal

Avec la prolifération du moustique tigre, c’est le tourisme de tout le littoral qui est mis à mal ! Pour prendre l’exemple du littoral héraultais, entouré d’étangs, et géographiquement propice à l’invasion de moustiques, le traitement doit être ambitieux. À l’Est, la Camargue est un vivier naturel de l’insecte, où aucun traitement n’est possible. Les scientifiques y ajoutent une multiplication des événements extrêmes, dus au réchauffement climatique.

Des solutions concrètes

Face à cette situation, François Commeinhes s’engage pour des solutions concrètes.

Le sénateur de l’Hérault a ainsi été missionné par l’Office Parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques ( OPECST)*, dont il a rencontré hier le président le député Jean-Yves Le Deault après l’avoir saisi par courrier, comme le ministère de l’Ecologie, en septembre dernier, pour rédiger un rapport sur « les variations climatiques et la prolifération des Culicidae, situation et traitement. »

Le calendrier :

Février – l’OPECST, sous la responsabilité de François Commeinhes, mènera une audition publique au Sénat sur la thématique avec des chercheurs, scientifiques spécialisés.

De Mars à Mai : Dans le cadre de la rédaction du rapport, François Commeinhes mènera des auditions sur le département avec les élus, professionnels du tourisme, associations, autorités publiques

Au Printemps : François Commeinhes ayant également obtenu l’accord du Ministère de l’Environnement pour l’organisation d’un colloque de travail en région, l’ensemble des acteurs sensibilisés par la question de la prolifération du moustique tigre sur nos côtes sera convié.

Le But : restitution des conclusions du rapport et engagement de solution concrètes sous l’égide ministérielle.

François Commeinhes commente : « Le but du rapport que m’a confié l’OPECST est bien d’avancer des solutions concrètes, dans ce cadre, l’Office, qui fait autorité. Actuellement, les possibilités pour lutter contre la prolifération se réduisent cruellement, normes européennes obligent. Ce qui inquiète jusqu’aux spécialistes de la démoustication. Pour les élus et les professionnels du tourisme, cette situation renvoie à 50 ans en arrière, quand il a fallu engager une démoustication de masse pour jeter les bases de l’industrie touristique. Je suis donc satisfait d’avoir pu convaincre à la fois l’OPECST de l’urgence de la situation, mais aussi le Ministère d’engager une démarche sur le terrain et aussi l’Assemblée Parlementaire pour la Méditerranée, dont je suis membre, de traiter la question à l’échelle inter-méditerranéenne ».

* L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a pour mission d’informer le Parlement français des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin d’éclairer ses décisions. À cette fin, il recueille des informations, met en œuvre des programmes d’études et procède à des évaluations. Situé à l’interface entre le monde politique et le monde de la recherche, il joue le rôle d’interlocuteur reconnu par l’ensemble de la communauté scientifique (partenariat avec l’Académie des sciences, contacts réguliers avec le CEA, etc.).

[source : herault-tribune.com]

rédigé par le .