Le virus Zika et le moustique tigre menacent la France

Après la dengue et le chikungunya, le moustique fait à nouveau parler de lui en tant que vecteur de virus.

Virus zika et moustique tigre

Comme nous l’avions déjà mentionné précédemment (voir page moustique tigre zika), le moustique tigre est vecteur potentiel du virus Zika. Vecteur ne signifie pas que le moustique tigre transmet systématiquement ce virus, mais qu’il PEUT le transmettre. La nuance a son importance, puisqu’il faut en effet que le moustique ait préalablement piqué une personne infectée pour pouvoir transmettre à son tour le virus. On parle alors de transmission autochtone (versus cas importé).

Tout comme la dengue et le chikungunya, le virus zika peut donc arriver en France métropolitaine par le biais de voyageurs infectés. Si ce voyageur se fait piquer, le moustique tigre peut alors transmettre le virus à ses voisins et ainsi de suite.

Une menace bien réelle sur la France

Le moustique tigre était bel et bien installé dans le sud de la France depuis plusieurs années, il y a donc un risque non nul pour que le virus se propage sous nos frontières.

C’est d’ailleurs ce que conclut un rapport du Haut conseil de la santé publique (HCSP) qui a été rendu public ce lundi.
D’après ce rapport, « les conditions pour une transmission autochtone du virus zika sont réunies dans les départements (métropolitains) où le moustique vecteur est présent », c’est-à-dire dans les départements déjà colonisés par le moustique tigre. En juin dernier leur nombre s’élevait à vingt, pour la plupart situés dans le sud-est et le sud-ouest de la France, à l’exception du Rhône, de l’Isère et de la Saône-et-Loire.

Virus zika : les symptômes

Le virus zika peut entraîner des douleurs musculaires, de la fièvre et de violentes éruptions cutanées, voire des complications neurologiques dans les cas les plus graves. A l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement ni vaccin contre cette infection encore méconnue.

Comment le virus se propage

Selon les auteurs du rapport, rédigé à la demande des autorités sanitaires, de la même manière qu’avec le chikungunya, le virus zika pourrait se propager avec l’aide des vacanciers qui partent dans des zones où le risque de contamination est jugé « élevé » (départements français d’Amérique, Guadeloupe, Martinique et Guyane) et qui l’importent à leur retour en France métropolitaine. Une fois importé, la diffusion du virus se fait par l’intermédiaire du moustique tigre désormais présent sur le territoire. Le Haut conseil de la santé publique recommande donc de prendre sans plus attendre des mesures de lutte antivectorielle.

D’où vient le virus zika ?

Le virus tire son nom d’une forêt située en Ouganda, où il a été identifié pour la première fois en 1947. La première épidémie imputée au zika a eu lieu en 2007 dans les îles Yap en Micronésie, avant de se propager dès 2013 en Polynésie française, puis au Brésil début 2015. Il y a deux ans, le virus a infecté 32.000 personnes en seulement trois mois en Polynésie française. Parmi eux, 72 avaient présenté des complications neurologiques graves dont 42 syndromes de Guillain-Barré, un syndrome qui peut se traduire par une paralysie des membres et de la face. Dans les cas les plus graves, ce sont les muscles de la déglutition et de la respiration qui sont atteints.

Complément : comme nous le soulignons déjà en 2014, le virus zika serait passé inaperçu en 2007 lors d’une épidémie qui avait touché plus de 20.000 personnes: épidémie virus zika

[source : Metronews. Compléments par le site du moustique tigre

rédigé par le .