Encore plus de moustiques en 2015 ?

Très peu d’insecticides homologués

Depuis la mission Racine il y a une cinquantaine d’années, l’EID Méditerranée et les collectivités territoriales qui la composent alertent sur le manque de soutien de la part de l’État et des conséquences des directives européennes qui mettent en péril son action de démoustication. Montpellier et la lande littorale redeviendront-ils la terre des moustiques ?

En effet, Christian Jean, président de l’EID, précise que depuis 2003, et notamment suite à la directive biocide (de 1998), il n’existe plus qu’un seul insecticide pour lutter contre les larves (le BTI) et un seul pour lutter contre les adultes (en milieu urbain uniquement) alors qu’il existait auparavant onze produits homologués.

Homologations longues et couteuses

Il est à souligner que les normes ont permis de limiter l’impact des insecticides sur l’environnement, mais l’EID alerte sur le coût prohibitif des homologations d’insecticides (jusqu’à un million d’euros). Ces coûts freinent les industriels qui estiment à une dizaine d’années le temps de rentabilisation de l’investissement, qui ne prennent donc pas ce risque. Dommage, lorsqu’on sait qu’une vingtaine de substances a été identifiée comme pouvant être homologuée. C’est un problème de santé publique. L’aide de l’Etat et de l’Union européenne serait donc la bienvenue.

Par ailleurs, l’impossibilité de varier les traitements augmente le risque de résistance et lorsqu’on sait que le moustique tigre, vecteur de la dengue et du chikungunya est définitivement installé chez nous, on comprend l’urgence de la situation.

[source : 20minutes]

rédigé par le .