3 cas de dengue autochtones confirmés au Japon

Dengue au Japon, première fois depuis 70 ans

Trois cas autochtones de dengue ont été confirmés au Japon, par le ministère de la Santé du Japon. Ces personnes ne s’étaient pas rendues à l’étranger ont été malgré tout été testées positives à la dengue (sorte de fièvre tropicale) à Tokyo et dans sa banlieue. Ces malades ont été diagnostiqués à Saitama, non loin de Tokyo, ainsi que dans la capitale. Il s’agit d’une mineure, d’un homme et d’une femme d’une vingtaine d’années. Les trois fréquentent le même établissement d’enseignement actuellement fermé pour l’été et se sont rendus en août dans le parc Yoyogi à Tokyo. Et c’est vers ce grand jardin public tokyoïte que les soupçons se focalisent désormais.

Moustique porteur du virus pas encore identifié

Les patients semblent avoir été piqués par un moustique présent dans ce parc très fréquenté. Mais pour le moment, les recherches effectuées sur les moustiques attrapés dans ce vaste espace vert de la capitale ont ét infructueuses.

Démoustication dans le parc Yoyogi

Des mesures de démoustication sont en cours dans le parc japonais. En effet, la dengue, également appelée "grippe tropicale", est une infection virale qui se transmet via des moustiques infectés par le virus (ayant préalablement piqué une personne infectée par ce virus) mais qui ne se diffuse pas directement de personne à personne. Une démoustication permet donc de limiter les risques de piqure d’autres personnes, et donc de contamination de plus grande ampleur.

Cas autochtones rarissimes, mais cas importés fréquents

Les cas autochtones de dengue sont rarissimes au Japon, mais ceux importés de l’étranger, eux, se chiffrent à environ 200 par an, selon le ministère de la Santé. Les autorités recommandent de se protéger des moustiques qui sont assez redoutables l’été dans tout le Japon, y compris dans les mégapoles.

[source : Sciences et Avenir]

rédigé par le .