Chasse aux moustiques tigres à Marignane

démoustication moustique tigre
démoustication moustique tigre
(crédit photo M.S. – La Provence)

Arrêté préfectoral dans les Bouches du Rhône

La préfecture des Bouches du Rhône a pris un arrêté préfectoral à l’attention des communes pour la mise en oeuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue par le moustique tigre.
Le moustique tigre est officiellement implanté en région PACA, et le département des Bouches du Rhône a été classé en niveau 1 de risque (parmi 5 niveaux, voir les différents niveaux d’alerte moustique tigre).
Un dispositif de surveillance épidémiologique et de lutte contre la prolifération du moustique est donc systématiquement mis en oeuvre par l’entente interdépartementale de démoustication (EID), entre le 1er mai et le 30 novembre chaque année, sous la responsabilité du Conseil général.
Cette année en particulier, ce plan prend en compte les épidémies qui sévissent actuellement dans les Antilles et qui impliquent donc un risque important de circulation virale cet été dans le département, en raison des nombreuses personnes qui voyagent dans cette zone en cette période de congés
Dans cet arrêté, les communes ont mises à contribution afin de recenser les moyens mobilisables pour éventuellement renforcer le dispositif dans le cas où une situation épidémique venait à empirer.

La lutte contre le moustique tigre est déjà en place

À Marignane, la lutte contre le moustique tigre est déjà bien en place. « L’opération démoustication se fait toute l’année, du 1er janvier au 31 décembre », explique le service environnement de la ville. « Nous effectuons même parfois plusieurs passages par semaine, en fonction du temps. Nous privilégions les secteurs à risques comme le Jaï et le Bolmon, là où il y a de l’eau. L’opération peut avoir lieu à partir d’un passage aérien, à condition qu’il n’y ait pas d’habitations proches, comme cela fut le cas en mars, ou au moyen d’engins amphibies ».

A Marignane, la présence accrue chaque année du moustique tigre inquiète. Une quarantaine de cas de maladie a été recensée en région PACA, mais il s’agissait pour l’instant de cas importés (le virus a été contracté à l’étranger).
« On sait que l’opération, qui résulte d’une convention signée entre le Conseil général et la Ville, commence vers le mois de mai, mais nous n’attendons pas cette date pour procéder à cette opération. Nous intervenons en fonction du temps et surtout lors de pluies et de températures clémentes qui favorisent l’éclosion de larves ». C’est le cas sur les étangs de Berre et du Bolmon. Les interventions sont réalisées avec un produit biologique dénommé « Bacillus Thuringiensis israelensis » ou BTI, qui est une bactérie vivant déjà naturellement dans les sols. Elle est utilisée efficacement comme agent de lutte biologique pour combattre les moustiques. Elle est toxique pour la larve qui s’en nourrit et le mode d’action se fait par ingestion. Ce produit est plus respectueux de l’environnement que les neurotoxiques qui étaient précédemment utilisés, raison pour laquelle il est préféré par la commune. Ces opérations de démoustication sont subventionnées par le Conseil général, la commune ayant 25 % à sa charge

Comment se protéger du moustique tigre

Lorsque le moustique tigre est présent dans une zone, il existe plusieurs moyens pour s’en protéger. Le plus important consiste à éliminer tous les gite larvaires (eaux stagnantes) et à traiter les moustiques présents via plusieurs méthodes. Voir les dossiers : se protéger contre le moustique tigre et Tests produits anti moustiques

[source : LaProvence.com]
[compléments : moustique-tigre.info]

rédigé par le .